BIENVENUE A TERRA INCOGNITA ! 2 RUE REMY BELLEAU 28400 NOGENT-LE-ROTROU
BIENVENUE A TERRA INCOGNITA ! 2 RUE REMY BELLEAU 28400 NOGENT-LE-ROTROU
Panier 0
Dangerous women Volume 2

Dangerous women Volume 2

Prix régulier €9,50 €0,00 Prix unitaire par
Taxes incluses.

Qu’ils aient choisi l’une ou l’autre de ces deux approches, plusieurs de ces auteurs n’ont en tout cas pas résisté à la tentation de réinvestir des univers déjà existants. C’est le cas d’Ellen Kushner et de sa nouvelle « Quand j’étais bandit de grand chemin » qui nous fait renouer avec l’univers d’ « A la pointe de l’épée ». On y retrouve ainsi un jeune Richard Saint-Vière dont l’autrice nous relate les premières années aux Bords d’Eau, qu’il s’agisse de ses expériences professionnelles (garde du corps, duelliste… et donc bandit de grand chemin !) ou amoureuses. Un texte qui a davantage d’intérêt si on connaît déjà le personnage et la ville, mais qui peut aussi permettre à des lecteurs néophytes de se familiariser avec les particularités et surtout la violence qui règne aux Bords d’Eau. Robin Hobb situe quant à elle son intrigue dans les Six-Royaumes, et plus précisément à un moment précis des premiers tomes de « L’assassin royal » puisqu’il y est fait mention des pirates rouges et de la forgisation des habitants (« L’épée de son père »). Sans surprise, la nouvelle se révèle excellente, non seulement parce qu’on est ravi de retrouver l’univers (et le personnage de Fitz en « gest-star »), mais aussi et surtout parce que l’autrice n’a pas son pareil pour créer des héros attachants et dépeindre leurs tourments. Difficile dans ces conditions de ne pas prendre en affection l’héroïne du récit qui attend désespéramment le retour de son père qui, elle en est certaine, aura su résister aux transformations que les pirates lui auront imposé. A noter toutefois que, comme dans la plupart des autres textes, l’ambiance est là encore particulièrement oppressante et la violence omniprésente. Âmes sensibles s’abstenir ! Même chose avec les deux textes chargés respectivement d’ouvrir et de clore l’anthologie et qui figurent l’un et l’autre parmi les meilleurs. Dans « Que le meilleur gagne », K. J. Parker met en scène un forgeron embauché par un jeune homme pour lui forger la meilleure épée au monde afin qu’il puisse aller confronter l’homme qui a tué son père. Comme dans « La trilogie Loredan », l’auteur se montre extrêmement disert et précis concernant le travail de la forge, ce qui s’avère absolument passionnant. L’intrigue est pour sa part bien construite, la tension se renforçant au fil des pages et, même si la chute est un peu prévisible, le tout reste cohérent et assez marquant. Enfin, G. R. R. Martin nous entraîne dans un Westeros en guerre, trois cent ans avant les événements relatés dans « Game of thrones », alors que les deux fils d’Aegon Ier se disputent le trône. La nouvelle est excellente mais je ne m’attarderais pas dessus puisqu’elle a également récemment été publiée dans « Feu et sang », un ouvrage recensant les textes de l’auteur consacré à l’histoire de Westeros et dont j’ai déjà parlé il y a peu.

Une anthologie de nouvelles centrées sur des héroïnes ayant en commun un destin incroyable, qu'elles soient mères de famille, princesses ou roturières, pilotes émérites ou séductrices. Toutes les histoires de ce volume ont été écrites par des plumes féminines. ©Electre 2021


Partager ce produit